CULTURE DE LA PAIX ET LA NON VIOLENCE

CONTEXTE

 

Le monde reste aujourd’hui encore en proie à de nombreux conflits qui représentent un frein considérable pour le développement. En Afrique particulièrement, les crises sont foisonnantes dans certains pays à l’instar du Cameroun, qui fait face au phénomène terroriste Boko Haram, et à la crise anglophone. Cela entraîne de graves conséquences qui appellent à la nécessité impérieuse de la paix. Johan Galtung appréhende cette notion de deux manières, notamment, sous l’angle de la paix négative et celui de la paix positive. La paix négative traduit simplement l’absence de guerre et de conflit violent ; tandis que la paix positive est « un état de la société dans lequel l’exploitation est entièrement éliminée ou, tout du moins, minimisée et où aucune violence manifeste d’origine structurelle ou individuelle ne vient dénier au peuple l’exercice de ses droits fondamentaux »1 Elle a pour corolaire la non-violence, qui est un concept inventé et popularisé par le célèbre prix nobel de la paix, Ghandi. La non-violence renvoie d’une part, à une éthique qui refuse le processus de légitimation de la violence et qui prône le respect de la personne humaine et de la vie ; et d’autre part, à une attitude, un mode de relation qui favorise le dialogue et la médiation dans une approche constructive des conflits. La culture de la paix et de la non-violence apparaît donc primordiale et trouve ses lettres de noblesse dans le programme de l’UNESCO pour la promotion de la culture de la paix et de la non-violence.

Cette thématique constitue également l’un des points focaux du Service Œcuménique pour la paix, qui s’attèle fondamentalement à la transformation non violente de la société. Pour ce faire, l’organisation utilise des stratégies incluant les formations à la non-violence et à la résolution non violente des conflits.

1 Extrait d’une déclaration de Johan Galtung lors d’une conférence à l’OMS en 1994

OBJECTIFS

 

Dans le cadre de la culture de la paix et de la non-violence, le SeP a pour mission de :

  • Propager la philosophie et les techniques de la non-violence et de la résolution non violente des conflits ;

  • Rechercher et étudier les obstacles à une paix juste et ses alternatives à travers la médiation et la quête de la réconciliation ;

  • Promouvoir et appuyer des actions non violentes ;

  • Promouvoir et appuyer la lutte contre la misère et la pauvreté ;

  • Encourager la formation à l’action civique, sociale et humanitaire.

APPROCHE

 

Le SeP est une association chrétienne, œcuménique et inter-religieux qui promeut la transformation sociale non violente, autrement dit, une société basée sur la paix, la justice et la réconciliation. Il constitue la seule organisation au Cameroun et en Afrique Centrale qui se base sur les fondements chrétiens et puise dans la culture, les éléments pour compléter et renforcer les approches contemporaines de résolution des conflits. Aussi, pour mieux le faire, il met en œuvre plusieurs stratégies à savoir :

  • L’organisation des sessions de formation appliquées à la non-violence et la résolution non violente des conflits ; aux droits civiques et à la transformation sociale non violente

  • L’organisation des fora et des manifestations à caractère éducatif et culturel (colloques, conférences, expositions, etc.)

  • La sensibilisation du public sur des sujets d’intérêt majeur ;

  • La production des fiches, affiches, articles, journaux et ouvrages ;

  • La mise à la disposition du public d’un centre de documentation sur la paix, la non-violence et les droits de l’homme ;

  • L’octroi de ses services de médiation et de réconciliation

  • Le déploiement de volontaires en cas de besoin d’une action sociale et humanitaire ;

  • Le montage des projets basés entre autres sur la paix et la non-violence ;

  • La collaboration avec les associations poursuivant le même objectif.

IMPACT SOUHAITE

L’ambition du SeP de cultiver la paix et la non-violence vise à créer un impact favorable qui est celui de :

  • L’éducation à la paix : Sortir les jeunes de l’ignorance en les éclairant sur l’importance cruciale de la paix ; former le maximum d’individus possible en acteurs de la paix ;

  • La prévention et la gestion des conflits : Réduire les crises au niveau national et même international ; et le maintien de la paix.